Boa Vista

Boa Vista Travel Blog

 › entry 7 of 10 › view all entries
Lethem, Arrivée a la frontière Brésilienne, dernière formalité administrative avant le Brésil
Le voyage de Georgetown a Boa Vista se fait de nuit sur une petite route de terre au milieu de la jungle. De plus, c'est l'une des zones ou le paludisme est le plus virulent en Amérique du Sud. Je me pliedonc aux conseils du mécin de l'institut  Pasteur et prends mon premier comprimé de paludisme. Puis après un bout de temps assez bref et vu les nombreux soubresauts, je prends un autre cachet, le somnifère que je garde précieusement pour ce genre d'occasion. N'y étant pas habitué, il fait son effet assez rapidement. Après un temps indéterminé, le chauffeur me réveille brusquement pour me demander de me rendre au poste de garde. Le bus est déja entièrement vide et tout le monde est en effet, en plein milieu de la nuit, parti montrer son passeport afin que la police vérifie l'intégralité des passagers a 'aide d'une liste.
La route à l'endroit qui permet d'invertir le sens de circulation, au Guyana c'est à droite
C'est donc difficilement et pas mal dans le coltard que je me dirige au poste pour y effectuer la formalité qui se répétera deux autres fois.

Arrivée a la frontière, après avoir tamponné le passeport, un flic nous demande de rentrer dans son bureau et commence aune interrogation sur les raisons de notre voyage, ce que l'on transporte dans notre sac. Finalement, il prend nos passeports et nous demande notre nationalité, logique. Il semble inquiet en découvrant que mon compagnon de route est Allemand. En effet, plusieurs fois dans la rue des gens lui oint fait la remarque si il était le fils d'Hitler. C'est donc avec une certaine joie quel'on passe la frontière a pied sur le nouveau pont. Finalement, aprés avoir finit son enquête très poussé, il nous laisse quitter ce pays où je ne suis pas pr´s de revenir

On restera donc deux jours a Boa Vista, et bien que ne parlant pas Portugais, on a tout de suite ressenti que les Brésiliens étaient bien plus chaleureux.
Moment clé, passage de la frontière, ouf!!
La chance nous a également sourit puisque l'on est arrivé le week end même du carnaval. On a pu assisté le deuxième soir au défilé et aux différents concerts qui  suivaient. LE tout avec quelques caipiriñas dans le sang, une boisson locale redoutable!.
 Autant vous dire que ce coup ci, bien que n'ayant plus de carte bancaire, j'ai bien fait attention aux quelques reals que je portais sur moi. Mais l'atmosphère était ici bien plus agréable qu'a Kourou, pas de violence et un esprit porté à la fête.
Concernant la ville, pas grand chose a dire, si ce n'est qu'en période de carnaval tout est fermé donc pas moyen de trouver un seul endroit pour changer son argent. Il faudra attendre le jour du départ et la fin du carnaval pour pouvoir aller a la banque.
Petite bouffe avant de rejoindre le carnaval
 
Le but était de récupérer de l'argent en liquide afin de pouvoir les échanger ensuite au Venezuela contre de la monnaie locale. En effet, le gouvernement Chavez a mis en place une formidable politique anti touriste qui veut qu'il est deux fois moins intéressants de changer de l'argent au cours officiel qu'au cours parallèle.
Pour exemple, 1€ donnera 4 Bolivares dans une banque contre 8 si on l'échange de l'argent en liquide dans la rue.
 
Avis a ceux qui envisagent de passer des vacances au Venezuela, emmener plein de liquide!!
Join TravBuddy to leave comments, meet new friends and share travel tips!
Lethem, Arrivée a la frontière B…
Lethem, Arrivée a la frontière …
La route à lendroit qui permet d…
La route à l'endroit qui permet …
Moment clé, passage de la fronti…
Moment clé, passage de la fronti…
Petite bouffe avant de rejoindre l…
Petite bouffe avant de rejoindre …
Le défilé bine mis court
Le défilé bine mis court
Le concert avec du trop bon son
Le concert avec du trop bon son
Petit repos à la chambre dhôtel
Petit repos à la chambre d'hôtel
Boa Vista
photo by: ama2us