Au fil de l´eau

santa barbara Travel Blog

 › entry 29 of 30 › view all entries

Hébergeant a l ´école du coin nous aurons à peine le temps de réparer le vélo de Sam que voila qu´un gars semble intéressé par notre proposition de troc: le vélo contre un bongo (pirogue pour les novices) ! 24h plus tard nous nous retrouvons donc à descendre le rio Manipiare sur....sur un tronc de bois. Notre visa vénézuélien étant bientôt périmé l´idée est de se rapprocher de la frontière brésilienne et de là commencer notre expé pirogue. Nous faisons donc du barques-stop. Nous dormirons dans les villages des communautés rencontrées. Descente donc du rio Ventuari puis finalement du Rio Orinoco jusqu´à Tama-Tama. Un mur végétal borde notre route, des orages de fin de journée illumine le ciel, le poisson fond dans la bouche, le courant file, les jours passent et nous commencons à vivre au rythme lent des voyages fluviaux.

Tama-Tama: village perdu dans le haut Orinoco anciennement "peuplé" par des américains évangélistes venus "convertir" les indigènes du coin. Bizarre de voir des natifs utilisés une voiture-tondeuse entre des maisons à étages aux grandes vitres. Faut dire qu´on s´était habitué au maison de bois et d´argile ouvertes aux 4 vents. Tama-Tama c´est aussi et surtout la porte d´entrée du Canal Casiquiare. Fameux canal qui relie le bassin de l´Orinoco et de l´Amazone, particularité géologique unique au monde. Premiers coup de pagaies frénétiques dans les méandres vifs du canal...et petit à petit le temps se dilue. On rame, on mange, on rame, puis on rame, on dort, chaque virage fait naître l´envie de savoir ce qui se cache derrière: un autre virage.
Où sommes nous sur la carte ? Aucune idée. Le premier village ? Deux, trois, quatres jours ? Tout semble tranquille...sauf que les fourmis et les orages diluviens veillent. Première nuit d´antologie: des fourmis découpent nos moustiquaires, chaussettes, tee shirts, sacs, la pluie nous trempe jusqu´aux os. Je n´ai jamais aussi bien compris ce soir là la chance d`un abri....Heureusement le soleil se lève tous les matins... D´ailleurs avec lui se réveillent les dauphins roses du canal qui nous gratifient inlassablement de leur jets de respirations, parfois même de quelques sauts hors de l´eau. Egalement des loutres chassant du poisson. Emerveillé. Un gros serpent rouge et noir aussi...Et encore et toujours des virages. L´un d´entre eux nous dévoilera les premières habitations de notre route.
..Sentiment bizarre de renouer avec un peu de civilisation. Nous croisersons de plus en plus de communautés et des plus diverses. Un soir à participer à la journée international de la femme version karaoké, un midi á se retrouver dans un village où nous ne verons qu´une très vieille grand mère entourée de dizaines de gamins dans le plus simple appareil. Les extrêmes se côtoient sur ce canal. A se demander parfois ce que je fais ici...Ici le canal Casiquiare, là le rio Negro, de l´autre côté la Colombie. Nous passons d´une eau à l ´autre tranquillement le coeur serré. Au revoir Casiquiare, tu nous auras donné de quoi grandir.

Join TravBuddy to leave comments, meet new friends and share travel tips!
santa barbara
photo by: zavkhan